I. Idée générale du projet 

Le PGPSA est projet mis en œuvre par le consortium OMAES- AOPP et AMPPF avec l’accompagnement technique et financier  de l’ONG néerlandais ICCO. Il est la suite logique du Projet de Plaidoyer pour une Sécurité Alimentaire (PSALM : 2004-2009), financé par ICCO et mis en œuvre par le consortium OMAES- AOPP et AMADE, de 2004 à 2009. A part celle de Mopti, toutes les régions d’intervention du PGPSA ont été également  des cibles de PSALM. Dans la mise, le PGPSA consiste à renforcer les capacités des communautés locales dans la formulation et la mise en œuvre des actions d’influence par des formations en lobby/plaidoyer, en vie associative, l’organisation des visites d’échanges  et la présentation des rapports bilans communaux afin que chaque commune améliore sa gouvernance en matière de sécurité alimentaire en assurant pour toutes les communautés un accès satisfaisant à la nourriture à travers l’augmentation des investissements en faveur de la sécurité alimentaire communale. 


 II. Objectifs du projet

Objectif global

  • Augmentation d’au moins 10% des investissements dans le domaine de la sécurité alimentaire en vue d’améliorer la situation alimentaire au niveau communal.

 Objectifs spécifiques

  • Au moins trente six (36) thèmes de lobby plaidoyer sont identifiés dans le domaine de la sécurité alimentaire, insérés dans les programmes de développement économique, social, culturel, mis en œuvre et suivis.
  • Dix huit (18) plateformes communales de sécurité alimentaire soit environ 360 personnes connaissent et appliquent les techniques (élaboration et mise en œuvre des plans de campagne) de lobby/plaidoyer.
  • Au moins neuf (09) visites d’échanges sont organisées entre anciennes et nouvelles plateformes afin de renforcer la capacité de réplication du projet par les nouvelles plateformes communales de sécurité alimentaire.
  • Une fois par an chaque commune procède à la présentation de son plan et bilan annuel en matière de sécurité alimentaire afin d’en assurer une bonne gouvernance.
  • La démarche du projet est utilisée par d’autres acteurs au niveau national, régional, local et communal à travers les activités de dissémination et de capitalisation.  

 III. Groupes cibles et localisation du projet:

Les cibles du PGPSA sont de deux ordres. Une première cible dite principale, constituée des communautés locales et de leurs les  structures, une deuxième, dite cible secondaire constitué des conseils communaux des 18 communes d’intervention du projet.

Ces communes sont reparties en trois groupes en zones en fonction des zones d’intervention des ONG membres du consortium. Ainsi nous avons:

Zone OMAES (Régions de Tombouctou et Mopti)

·         Léré et Dianké (cercle de Niafunké), région de Tombouctou

·         Tindirma et Haibongo (cercle de Diré), région de Tombouctou

·         N’dodjiga et Dirma (cercle de Youwarou), région de Mopti.

Zone AMPPF (Région de Kayes)

·         Bankassi, Guidimakan Kérikafo, Khaloum, Kémenetambo, Gory Gopela, Gouméra (cercle de Kayes, Région de Kayes)

Zone AOPP (Région de Ségou)

  • Bènèna, Sanikuy (cercle de Tominian),
  • Yangasso, Kémeni (cercle de Bla), 
  • N’Gara, Cinzana (cercle de Ségou)

 V. Description des activités du projet :

4.1 Atelier d’orientation et de mise à niveau de l’équipe du projet

Comme dans tout projet de développement, l’orientation des agents sur le projet est une nécessité impérieuse. Il permet de partager avec les concernés le projet dans toute sa spécificité. Ainsi, dans le cadre du PGPSA, un atelier sera organisé au d’orientation et de mise à niveau sera organisé à l’intention de l’équipe technique. Il vise comme objectifs de :

–       Informer les animateurs sur le l’approche et la démarche du projet;

–       Echanger sur les concepts de lobbying/plaidoyer, de sécurité et de décentralisation

–       Outiller les animateurs pour la réalisation de l’étude de base sur la sécurité alimentaire dans les communes.

 4.2 Etudes situationnelles sur la sécurité alimentaire.

Elles seront réalisées par l’équipe du projet dans toutes les 18 communes d’intervention du projet. A cet effet la coordination définit la méthodologie, élabore les outils de collecte de données ainsi que le rapport global de l’étude. Quant aux animateurs, ils assurent la collecte de données et le rapportage pour les communes relevant de leurs zones d’animation respectives. Ces études seront réalisées simultanément dans les dix huit (18) communes et permettront d’identifier :

 les facteurs favorables et défavorables à la sécurité alimentaire,

les acteurs ainsi que leurs interrelations,
Les systèmes de production, de conservation et de stockage,
le système de gestion de la production,
le système d’organisation de la plateforme communale, sa responsabilité dans la mise en œuvre des thèmes de lobby et ses relations avec le conseil communal et autres formes d’organisation chargées des questions de sécurité alimentaire;

4.3 Organisation d’ateliers pour l’élaboration des plans lobby au niveau de chaque commune

 Sur la base des résultats des études communales, une analyse participative des besoins des communautés en matière de sécurité alimentaire sera faite afin  de formuler des thèmes et élaborer des plans de lobby au niveau de chaque commune.

Ainsi des discussions autour des besoins qui intéressent les communautés rurales seront réalisées afin de les transformer en des sujets plaidables auprès des conseils communaux. Au cours de ces ateliers, les participants auront également à définir et à mettre en place la plate forme communale de sécurité alimentaire et son mode de fonctionnement.

Le processus de lobbying sera mené par chaque plate forme qui développera une synergie avec les autres acteurs et programmes en place. Chaque plate forme définira, avec l’appui des animateurs ses modalités et fréquence de rencontre ainsi que ses moyens et formes de contact avec le conseil communal.

 4.4  Formation des plateformes en techniques de lobby/plaidoyer et en vie associative

Il sera procédé à la formation des plateformes aux techniques de lobby/plaidoyer afin de les rendre capables d’identifier et d’utiliser des techniques avec lesquelles ils peuvent informer, analyser et expliquer des politiques  qui les concernent.

En plus de ce thème central, d’autres sujets non moins importants tels la vie associative, la sécurité alimentaire, la décentralisation et la mobilisation de ressources seront abordées avec les participants en vue de renforcer leurs connaissances.

 4.5 Animation d’un processus multi acteurs de bonne gouvernance

L’animation d’un processus multi acteurs pour assurer une bonne gouvernance en matière de sécurité alimentaire sera une activité transversale et consistera à l’introduction dans les habitudes des collectivités, l’organisation des espaces citoyens en faveur de la sécurité alimentaire (implication/synergie entre les différents acteurs, présentations des plans et des bilans annuels en matière de sécurité alimentaire).

 4.5   Visite d’échanges

Les visites d’échanges permettront  aux anciennes plateformes d’échanger leurs expériences avec les nouvelles sur l’organisation, le fonctionnement des plateformes ainsi que la stratégie de conduite des plans de lobby/plaidoyer.

Le choix des plateformes devant partager leur expérience sera sur la base de leur fonctionnalité (régularité des réunions, l’existence de règlement intérieur, le paiement des cotisations, initiatives d’autofinancement, existence d’outils de gestion) et de leur capacité de lobby/plaidoyer (degré de mise en œuvre des thèmes de lobby).

4.6  Dissémination et capitalisation

 L’action de dissémination et de capitalisation vise à valoriser et à faire connaître l’expérience du projet comme une bonne pratique en matière de lobby/plaidoyer à la base.

Une bonne pratique peut être comprise ici comme étant « des expériences, des processus et des actions innovantes des plates-communales de sécurité alimentaire considérées comme des organisations de la société civile communale qui ont abouti à des résultats probants ou des changements notoires dans une localité donnée qui peuvent être répliqués et/ ou servir de sources d’inspiration ailleurs ».

Le manuel de diffusion du processus du projet conçu sera diffusé à travers des ateliers au niveau national, régional ou communal en ciblant les structures et réseaux de plaidoyer (ex Réseau Plaidoyer /lobby,  Appui et Renforcement des Initiatives des Acteurs Non Étatiques) et les collectivités décentralisées (communes). Ce manuel complétera le guide de l’animateur.

4.8 Le partenariat pour l’exécution du PSALM

Le projet est mis en œuvre par OMAES, AMPPF et AOPP avec l’appui technique et financier de l’Organisation Inter- Eglise de Coopération pour le Développement (ICCO). Il est domicilié à l’OMAES et est géré au niveau de chaque organisation par une équipe composée de trois animateurs. Ces équipes terrains seront assistées par un Coordinateur, un chargé de capitalisation et de renforcement des capacités et un personnel d’appui. Sur le terrain les animateurs assurent la gestion et la promotion du projet au niveau de leurs Zones respectives. La Zone OMAES couvre les 06 communes dans les régions de Tombouctou et Mopti, la zone AOPP couvre la région de Ségou et la Zone AMPPF, la région de Kayes.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *