Le projet de sécurité et de sécurisation alimentaire familiale et communautaire développe des interventions structurantes à long terme et des mécanismes socio-économiques qui renforcent la sécurité alimentaire au niveau familial et communautaire. Plus précisément, il vise à garantir la sécurité alimentaire au niveau des familles décapitalisées par les crises alimentaires à travers : l’augmentation et la diversification de la production agricole et animale ; le suivi alimentaire et nutritionnel au niveau des ménages décapitalisés ; l’organisation et la formation des structures villageoises de gestion en général et des femmes en particulier. C’est ainsi que nous avons mis en œuvre ce Projet de Sécurité et Sécurisation Alimentaire Familiale et Communautaire (PSSAFACO) dans 300 ménages de 20 villages de 3 communes (avec 130 villages au total) les plus frappés du cercle de Niafunké-Région de Tombouctou par la crise alimentaire aigues. Cette action a mis l’accent sur :

  • La sécurité et la sécurisation alimentaires familiales avec ses quatre volets principaux : la Disponibilité de la nourriture ; la Stabilité de la production alimentaire ; l’Accès à la nourriture et à sa consommation individuelle et la Qualité de la nourriture
  • La santé et la nutrition infantile et maternelle et ;
  • Le renforcement des capacités des communautés et des conseils communaux.

Pour ce faire, les activités suivantes sont mises en œuvre : les banques de céréales ; le petit élevage ; le maraîchage ; le suivi nutritionnel des enfants de 0 à 5 ans ; le renforcement des capacités des structures de gestion communautaire et des conseils communaux.

LOCALISATION DU PROJET 

20 villages dans les communes de : Koumaira, Banikane Narhawa et Soboudou dans le cercle de Niafunké, région de Tombouctou 

CIBLES PRIMAIRES :

  • 600 femmes : 300 femmes de ménagés décapitalisés (femmes mariées, divorcées, veuves ou dont le mari est en exode prolongé) plus 300 autres femmes vulnérables pour le maraîchage (soit 30 femmes/village)
  • 777 enfants malnutris de 0 à 5 ans, ce qui est l’ensemble des enfants de 0 à 5 ans dans les 20 villages dont le taux de malnutrition est compris entre 23,50 % et 48 % (les cas modérés et graves) ;

CIBLES SECONDAIRES : les familles des groupes cibles, les populations des 20 villages concernées par Le projet proposée, soit 9.302 personnes.

L’objectif global visé est d’améliorer durablement la sécurité alimentaire des ménages décapitalisés par des crises alimentaires particulièrement celle de 2004-2005 dans 3 communes du cercle de Niafunké.

L’objectif spécifique est d’améliorer la sécurisation et la sécurité alimentaire de 300 ménages décapitalisés dans 20 villages dans les communes rurales de Banikane Narhawa, Koumaira et Soboundou, en réduisant de 48 % à 5 % le taux de malnutrition. 5. Les résultats attendus :

Les résultats atteint sont :

  1. Au moins 6 tonnes de céréales sont disponibles en permanence dans chaque banque de céréale (20 au total) et au moins 9.302 personnes accèdent effectivement aux céréales.
  2. Trois cent (300) ménages disposent d’au moins quatre têtes d’animaux bien entretenus dont la production laitière couvre plus de 40% des besoins en lait des enfants.
  3. Vingt (20) ha de périmètres maraîchers exploités par 600 ménages dont la production couvre 10% des besoins alimentaires
  4. Au moins 80% des enfants de 0 à 5 ans malnutris sont récupérés et 100% des relais nutritionnistes maîtrisent les techniques de suivi nutritionnel.
  5. 100 % des associations sont fonctionnelles dont 100% des membres sont formés en alphabétisation et en gestion et poursuivent les activités après Le projet
  6. 100% des membres des conseils communaux des trois municipalités sont formés en planification / suivi des actions de sécurité alimentaire et prévention des crises alimentaires.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *